Afrique

Qu’est-ce que vous devez expérimenter lors de votre voyage en Éthiopie?

L’Éthiopie, avec ses plus de 100 millions d’habitants, est un pays de contrastes naturels, avec certaines des plus hautes montagnes d’Afrique et en même temps avec des zones situées sous le niveau de la mer, de grandes étendues de plantations de café et d’autre part des lieux arides et des volcans actifs à couper le souffle.

Bien que ce qui impressionne généralement le plus le voyageur soit la richesse culturelle, les traditions et les coutumes des Éthiopiens ne sont pas rares. 

1. Vivre le “Timkat” à Lalibela

Il s’agit de l’Épiphanie éthiopienne, qui est célébrée tous les 19 janvier, une grande fête qui se déroule dans une ville unique du nord du pays : Lalibela. Ou plutôt : le “Petra” éthiopien.

Ses églises anciennes et élaborées, taillées dans la roche et classées au patrimoine mondial, sont le cadre idéal pour cette célébration. Elles sont remplies chaque année en janvier de pèlerins vêtus d’un blanc immaculé et de longs parapluies colorés, ceux des moines orthodoxes habillés de leurs plus beaux atours pour commémorer le baptême de Jésus dans le Jourdain.

Timkat est une des cérémonies durant laquelle les tabots sont retirés des églises pour être vus par la foule, des tissus sont toutefois enroulés autour. Pendant la procession, qui a lieu la veille, les prêtres, vêtus de costumes colorés, portent les tabots sur leur tête pour les amener vers le bord d’un cours ou d’une étendue d’eau. Vers deux heures du matin, la divine liturgie y est célébrée. Vers l’aube, le jour de la fête, l’eau est bénie et la foule est arrosée, certaines personnes entrent entièrement dans l’eau afin de symboliquement renouveler leurs vœux de baptême. Vers midi, les tabots retournent vers les églises, à nouveau durant une procession colorée pendant laquelle les prêtres ainsi que les participants chantent et dansent. Les familles retournent ensuite à leur domicile pour continuer la célébration.

Plus qu’une cérémonie, c’est un spectacle pour les sens qui mérite d’être vu et vécu. Si vous pouvez faire coïncider votre visite de la ville avec ces dates, vous apprécierez l’expérience.

2. Dans les montagnes du Simiens

Les monts Simien forment une partie des plateaux d’Éthiopie dans la partie nord du pays, au nord-est de Gondar. Abritant le parc national du Simien, ils sont reconnus patrimoine mondial par l’UNESCO. Ils sont décrits comme des montagnes inaccessibles couvertes de neige. Le parc est le refuge d’animaux extrêmement rares, comme le babouin gelada, le renard du Simien ou Walia ibex, sorte de chèvre qu’on ne trouve nulle part ailleurs. Ces montagnes qui culminent à plus de 4000 mètres d’altitude, abritent de nombreuses espèces d’oiseaux, l’Ibex et le loup d’Abyssinie et une flore variant selon l’altitude forets de genévriers, d’acacias, millepertuis et bruyères lobelia géant.

Très proches de la célèbre ville de Gondar, elles couvrent l’une des zones naturelles les plus attrayantes du pays. D’abord parce qu’il y a des pinacles de plus de 4000 mètres de haut avec des formations géologiques très curieuses, et ensuite parce que c’est l’habitat naturel de nombreux singes (d’où le nom). Si vous en avez l’occasion, nous vous recommandons de faire un trekking dans ces montagnes.

Pour s’y rendre, le mieux est de louer une voiture avec un chauffeur local qui connaît la région et qui fait aussi office de guide.

3. Découvrir les origines de l’homme 

Le célèbre Australopithèque, vous souvenez-vous quand “Lucy” a été mentionnée dans votre cours d’histoire ? C’est le plus vieux squelette féminin jamais retrouvé complet dans le monde, il a 3,2 millions d’années et l’endroit où une telle découverte a été faite se trouve dans le sud de l’Ethiopie. Plus précisément dans la vallée de l’Omo, une région située près d’une rivière appelée Omo, très proche des frontières du Kenya et du Sud-Soudan. Il est intéressant de noter qu’au même endroit où le squelette a été trouvé vivent divers groupes ethniques qui maintiennent un mode de vie très similaire à celui que nos ancêtres avaient il y a des milliers d’années.

Le squelette de Lucy ne se trouve pas à cet endroit, mais il peut être visité au Musée national d’Éthiopie à Addis-Abeba, la capitale du pays. Vous pouvez donc visiter ce musée qui contient à la fois des œuvres d’art et des découvertes archéologiques telles que les fossiles d’hominidés, dont le plus célèbre est Lucy, squelette d’Australopithecus afarensis. Les restes de Selam, autre australopithèque mais enfant, découvert entre 2000 et 2004, l’ont rejoint. 

Addis Abeba a la particularité d’être une des seules villes cosmopolites du pays où réside des citoyens de toute l’Éthiopie mais également d’Europe ou d’Asie. L’amharique reste la principale langue de communication mais vous pouvez vous faire comprendre en anglais. Pour circuler à Addis, il est plus simple et utile de retenir des points de repère tels que des monuments, des bâtiments officiels, des noms d’hôtels ou de centres commerciaux etc… La population locale se repère grâce à ce type d’indications et non vraiment au nom des rues. Il est également utile de connaître les noms de quartiers. 

4 . Vallée de l’Omo

Ce site fait de cette région l’une des plus riches culturellement du pays et du monde. C’est pourquoi, lors de votre voyage en Éthiopie, nous vous recommandons de passer quelques jours pour atteindre la vallée de l’Omo avec un 4×4 et d’installer la tente dans l’un de ces villages afin de découvrir la vie quotidienne et les coutumes de certains de ces groupes ethniques. La meilleure façon de s’y rendre est de louer une voiture avec un chauffeur qui vous servira de guide.

Une fois sur place, il y a toujours un membre du village qui, en plus de parler la langue du groupe ethnique, parle également l’amharique (la langue officielle de l’Éthiopie) et peut servir de traducteur pour le reste du village, afin que vous puissiez avoir une conversation avec eux

La basse vallée de l’Omo se situe au carrefour des frontières avec le Sud-Soudan et le Kenya. C’est une région isolée par des hauts plateaux, les marais et la savane. Dans la région, les conflits inter-ethniques sont fréquents.

Près du lac Turkana, la basse vallée de l’Omo compte un ensemble de sites préhistoriques de renommée mondiale, où ont été découverts de nombreux fossiles d’hominines. Elle est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1980. Les gisements paléontologiques sont notamment les témoins de la charnière des époques Pliocène et Pléistocène en Afrique. 

La basse vallée de l’Omo est également connue pour l’Homme de Kibish, représenté par deux crânes d’Homo sapiens, Omo Kibish 1 et Omo Kibish 2, découverts en 1967 par l’équipe de Richard Leakey et datés en 2005 de 195 000 ans.

À l’est de la vallée de l’Omo proprement dite se trouve le segment sud-éthiopien de la vallée du Grand Rift, où de nombreux gisements préhistoriques ont également été mis au jour.

5. L’injera

L’injera est le plat le plus connu, traditionnel, complet et presque unique en Éthiopie. Il s’agit d’une grande pâte ronde faite de farine de teff fermentée, une céréale locale. Une fois cuite, on y ajoute diverses sauces à base de légumes, de légumineuses et de viande. C’est une sorte de grande crêpe, caractéristique de la cuisine éthiopienne et érythréenne. C’est une galette que l’on recouvre d’une variété de sauces et qui, dans son ensemble, représente le plat principal de ces deux pays. Ce plat est accompagné par une variété de sauces que l’on superpose dessus.

C’est un plat pour plusieurs personnes (les dimensions sont énormes) ou pour une famille et se mange avec les mains, en prenant la sauce avec un morceau de pâte. Il est très bon, même si la vérité est que si vous mangez ce plat tous les jours, vous finirez peut-être par souhaiter trouver un restaurant de restauration rapide dans le style le plus occidental. C’est une recette idéale pour le déjeuner.

6. Voir les crocodiles du lac Chamo

Le lac Chamo, situé au sud du parc national Nechisar (le sud du pays), est l’habitat idéal pour les crocodiles et les hippopotames, même s’il faut faire attention à les voir. Les bateaux à louer sur le lac sont petits et bas, juste assez pour qu’un crocodile puisse sauter par-dessus si vous êtes tout près. Heureusement, ces animaux sont bien nourris par la multitude de poissons car les crocodile du Nil vivent en tout liberté sur ce lac.

Le lac Chamo est aussi un refuge pour de nombreuses espèces d’oiseaux: des hérons argentés, des hérons cendrés, des pélicans roses, des marabouts, des canards sauvages, des vanneaux éperonnés. etc.

Vous pouvez également faire une visite du lac Abaya, non loin de là. Vous y trouverez la ferme des crocodiles avec de la maroquinerie.

7. Profiter du rituel du café éthiopien

L’un des plus grands honneurs en Éthiopie est d’être invité à une cérémonie du café. L’Éthiopie est l’un des plus grands producteurs de café au monde et là-bas, boire du café devient presque un rituel : les amis/familles se réunissent n’importe où (à la maison, à la campagne, dans les montagnes) pour boire du café, qui est moulu à la main et fait dans la cafetière traditionnelle, à feu doux, avec du charbon de bois. Après une longue cuisson, quand il est prêt, il est servi avec un bol de pop-corn. C’est une forme ritualisée de préparation et de dégustation du café. La cérémonie du café est l’un des éléments notoires de la culture éthiopienne. Si le café est refusé par l’hôte, un thé peut lui être servi. L’hôte sert le café à tous les invités en inclinant le jebena, environ trente centimètres au dessus d’un plateau où sont disposées de petites tasses sans anse. Le café qui en sort est noir et très amer. On peut donc y ajouter généralement une grosse cuillerée de sucre. On peut également y ajouter du sel ou du beurre dans les régions rurales, ainsi que des épices comme le clou de girofle, la cannelle, le gingembre ou la cardamome. Le café moulu est infusé à trois reprises par superstition, pour porter chance.

Curieux, n’est-ce pas ? Mais ce n’est pas tout. Certains portent des guitares et se mettent à jouer et à chanter, tandis que d’autres font une danse typiquement éthiopienne où ils font des mouvements spasmodiques en bougeant leurs bras comme des poulets. C’est un spectacle auquel vous pouvez être invité, en dehors d’un café, à danser. Préparez-vous à danser à la manière éthiopienne.

8. Écouter le rugissement de l’Erta Ale

L’Erta Ale est l’un des volcans actifs les plus impressionnants qui existent. Localisé dans le désert du Danakil, près de la frontière érythréenne, le volcan Erta Ale est l’un des volcans actifs les plus accessibles au monde. Il n’est pas facile d’y accéder. L’Erta Ale est un volcan bouclier d’Éthiopie situé dans le nord de la vallée du Grand Rift, plus précisément dans la dépression de l’Afar. Erta Ale signifie “montagne fumante” en afar.

Les lacs de lave montrent une intense activité : il se forme une croûte de lave refroidie mais celle-ci est percée par des fontaines de lave entretenues par des remontées régulières de gaz volcaniques. De plus, des courants de convection existent dans la lave du lac, ce qui anime la croûte de mouvements. On peut alors observer en quelque sorte des zones d’accrétion et de subduction miniatures telle que dans les dorsales et les fosses de subduction.

Bien que peu élevé, 613 mètres d’altitude, l’endroit est l’un des plus inhospitaliers de la planète et dans cette région, en été, il peut atteindre 50 Cº, il est donc conseillé de le visiter en hiver, lorsque les températures sont plus basses. L’idéal est de se rendre au volcan pendant la journée et de s’approcher du cratère la nuit, lorsque vous pourrez contempler le “grand spectacle lumineux”. Votre visite est une raison suffisante pour faire un voyage en Éthiopie.

9. Connaître la communication des gestes éthiopiens

Ce n’est pas que les Éthiopiens communiquent uniquement par des gestes, c’est qu’il y a un geste très typique qui est utilisé très souvent et qui est très curieux pour ceux qui le rencontrent pour la première fois. Lorsque quelqu’un parle à un Éthiopien, il a l’habitude de hocher la tête dans un bruit guttural très particulier, comme une sorte de hoquet, mais vers l’intérieur. Pour eux, c’est très normal, mais pour le visiteur, cela peut être très drôle, parce que plus on leur parle, plus ils répètent ce son et cela peut devenir déconcertant. Vous devrez peut-être même cacher ce demi-sourire qui sort de votre bouche lorsque vous l’entendez.

10 Découvrir la curieuse histoire rastafarienne de l’Éthiopie

Savez-vous qu’il existe une importante communauté rastafarienne en Éthiopie ? Le mouvement rastafarien était un mouvement spirituel dirigé par Garvey (idéologue et fondateur du mouvement de libération panafricain), qui considérait Hailé Sélassié Ier (le dernier empereur d’Éthiopie) comme une sorte de messie. L’histoire est peut-être inhabituelle, mais la vérité est qu’il y a encore aujourd’hui de nombreux fidèles au mouvement qui prêchent la libération de la race noire et qui considèrent la marijuana comme une plante sacrée.

Vous pouvez aussi visiter le désert Danakil, l’Empire éthiopien appelé Abyssinie, la ville d’Aksoum et de Baher Dar, Lalibela et ses églises uniques,la plus grande ville Arba Minch chaque année le “Festival des 1000 Stars”, Dallol dans la dépression du Danakil, Harar la ville la plus originale d’Éthiopie.

Vous devez aussi visiter les Mursi. Cette ethnie de la vallée de l’Omo est fascinante et que vous êtes loin d’imaginer ce qui caractérise les femmes. Ce qui était un moyen de se protéger des périodes esclavagistes est devenu critère de beauté. Dès l’adolescence les femmes se mutilent la lèvre inférieure pour y placer un plateau d’argile appelé “Labré” et plus le plateau est grand, plus belle est la femme. Elles sont communément appelées « les femmes à plateaux », mais après les avoir rencontré vous les appellerez les Mursi.

Durant votre voyage, ne ratez pas le lac Tana. C’est le plus grand lac d’Éthiopie et le plus septentrional du pays, il est situé à une altitude moyenne de 1 800 mètres. Le lac ne s’est pas formé dans un cratère ou le long d’une faille comme nombre de ses frères des hauts plateaux ou de la vallée du Rift, mais dans une dépression constituée de deux types de laves : Aden Lava series et Trappean Lava series.

Les randonnées en famille, trek, visite de parcs peuvent être organisés par une agence. Réservez votre vol pour cette destination sûr d’Afrique.

Nous sommes convaincus qu’après avoir assisté au Timkat, vécu avec une ethnie du sud, contemplé un volcan en activité la nuit ou été invité à une cérémonie du café, un voyage en Éthiopie riche de tant d’expériences ne vous laissera pas indifférent. 

Lire la suite

Que faire au Botswana ?

Le Botswana a un grand avantage lorsqu’il s’agit d’attirer les touristes : la variété des animaux qui résident, ou simplement qui passent dans le pays et que vous pouvez apercevoir, est incroyable ; et en fait, il est également étonnant de voir à quel point il est facile de les voir, sans avoir à chercher pendant des heures : Il semble parfois que leurs éléphants, lions, girafes, zèbres, antilopes, rhinocéros, guépards, buffles et gnous veulent être vus, ou peut-être qu’ils viennent si près parce qu’ils veulent nous voir aussi.

Qu’est-ce qu’on peut découvrir pendant un voyage au Botswana ?

Celui qui s’approchera le plus de vous sera l’éléphant, l’animal qui prédomine sur le territoire de Chobe : il y a des éléphants partout. C’est littéral, il y a un peu de désordre car ils ont un problème de reproduction et on les trouve à la porte du supermarché. Les paysages sont aussi impressionnants ; on peut se retrouver un jour dans le vaste et imposant désert du Kalahari et, en quelques heures, profiter de la sublime sérénité du delta de l’Okavango. C’est précisément ce qui rend le pays si différent de tous ses voisins, comme la Namibie, où presque tout est distances immenses et désert ; au Botswana, il y a beaucoup plus de variété de paysages ; il y a le désert, oui, mais il y a aussi la savane, les forêts, les collines et deux des attractions touristiques les plus spectaculaires d’Afrique australe : la rivière Chobe et le delta de l’Okavango. 

Dormir avec les Bushmen à Dqae Qare

L’un des joyaux de la couronne du Botswana vous permet de prendre contact et de passer un peu de temps avec un Bushman, le plus vieux peuple vivant sur terre. En fait, une analyse de leur ADN a confirmé qu’ils sont le groupe génétiquement le plus proche du premier Homo sapiens : un fait qu’ils n’hésiteront pas à utiliser pour vous faire sourire, “nous sommes les premiers humains, vous venez de nous”.Pour vous mettre dans le bain, nous vous dirons que les Bushmen avaient l’habitude de vivre autour du désert du Kalahari pour la chasse et la cueillette de nourriture, mais depuis quelques années, la plupart d’entre eux laissent leur passé derrière eux pour profiter d’une vie moderne avec plus de confort ; malheureusement, ils finissent par travailler dans des fermes ou comme esclaves parce que dans le pays ils sont considérés comme étant au bas de l’échelle sociale.Eh bien : Dqae Qare essaie de changer ce point ; l’endroit est une sorte d’auberge avec une énorme extension de terrain que vous pouvez utiliser pour vous garer et passer la nuit, et il est géré par eux pour offrir des opportunités d’emploi et d’autonomisation aux Bushmen des villages voisins.

Pour être tout à fait honnête avec vous : ce n’est pas le plus bel endroit du monde et ce n’est pas le camping le plus équipé, mais il est proche du Kalahari et la nuit, vous pouvez chanter et danser avec eux autour du feu, écouter les histoires traditionnelles des “bushmen”, comme on les appelait, et sentir que vous êtes littéralement entouré d’étoiles, du point le plus bas du ciel, au plus haut.S’il vous plaît, ne partez pas sans leur demander de vous parler dans leur langue particulière : nous ne voulons pas vous donner un aperçu, mais essayez de faire plusieurs clics avec votre langue pendant que vous dites un mot, impossible pour eux !

Visiter le parc national de Chobe pendant le voyage botswana

Si par safari nous entendons devoir chercher différents animaux et avoir beaucoup de patience pour les voir, à Chobe vous ne pourrez pas le faire. Chobe est comme un jardin d’Eden qui vous donne une pièce de théâtre, vous n’avez qu’à vous asseoir et vous amuser, vous n’avez pas à chercher quoi que ce soit, ils viennent à vous avec une facilité surprenante. Comme partie négative, nous trouvons qu’il y a trop de voitures, un tourisme incontrôlé : il y avait des lions, il y avait sept voitures qui les poursuivaient, transformant la vie sauvage en un véritable cirque et entravant le passage des animaux.

Du côté positif, on peut comprendre pourquoi la réserve est si célèbre : pour avoir fait du rêve une réalité pour quiconque met le pied en Afrique pour la première fois et vient simplement voir des animaux ; zèbres, lions, léopards, hyènes, buffles, girafes, gnous, éléphants (surtout les éléphants), tous viendront à quelques pas, comme s’ils n’avaient peur de rien et qu’ils voudraient aussi s’approcher de vous.Naviguer dans le delta de l’Okavango. Imaginez passer des jours et des jours à conduire dans des zones désertiques pour finalement atteindre le delta de l’Okavango, le plus grand delta intérieur du monde (seul le fleuve Okavango pourrait penser à exister… et se jeter dans un désert) – une véritable oasis.

Les intérêts d’un voyage au Botswana

Les eaux intérieures non seulement donnent vie à un grand nombre d’oiseaux et d’animaux que vous n’avez jamais vus auparavant lors de vos safaris, mais vous permettent également de les observer depuis l’eau, dans une petite embarcation que vous maudirez lorsque vous approcherez de la zone des hippopotames et qui en compte des dizaines juste en dessous de vous, alors que le guide vous explique qu’il s’agit de l’animal le plus dangereux d’Afrique (en fait, les hippopotames sont les animaux vertébrés qui causent le plus de morts sur le continent africain – oui, les hippopotames !Ce qui est étonnant dans ce lieu, c’est que vous pourrez profiter à la fois de son écosystème aquatique et de la savane plus ouverte, où les artères du delta viennent mourir.

En plus de tous les animaux que vous verrez, vous aurez la chance de voir un troupeau d’éléphants se baigner entre eux tout en profitant d’un magnifique coucher de soleil qui répondra à toutes les attentes que vous avez ramenées de chez vous sur la façon dont le coucher de soleil devrait être en Afrique. Nous ne pouvons donc pas vous dire le contraire : faites l’excursion dans l’après-midi ! Faire un petit voyage aux chutes Victoria Les chutes Victoria ne se trouvent pas exactement au Botswana (elles sont en fait situées à la frontière de la Zambie et du Zimbabwe), mais la meilleure option est de les voir d’ici lors d’un court voyage quotidien. L’expérience est vraiment inoubliable : la magie de la lumière, le grondement et le brouillard de l’eau vous font admirer les plus longues chutes d’eau du monde. Vous y trouverez également le Devil’s Pool, une piscine naturelle qui se forme au bord même des chutes et d’où vous pouvez profiter d’une vue unique sur la chute d’eau. Cependant, ce nom n’est pas un cadeau du ciel : outre le danger d’être au bord des chutes, pour accéder à la piscine, vous devez sauter dans une rivière et nager un peu à contre-courant. Cela semble fou mais nous vous recommandons de le faire, cela en vaut la peine !

Lire la suite

Comment oganiser un safari au Kenya ?

Le safari kenya est une expérience à faire au moins une fois dans sa vie. Un voyage au coeur des parcs nationaux en Afrique. La réserve nationale de Masaï Mara n’en est pas la seule des destinations sauvages qu’il propose. Il y en a des centaines qu’on ait besoin de bien organiser ses visites pour qu’il soit une réussite. Pour ce faire dans les règles de l’art, les itinéraires, les préparatifs et l’hébergement méritent qu’on s’y attarde.

Conseils pour les safaris au Kenya

Il y a mille et une façon d’apprécier ses safaris. Chaque itinéraire est orienté vers une observation d’animaux et des voyages ” nature “. Un safari Kenya Tanzanie se distingue par la découverte du plus grand lac d’Afrique, qui est celui Victoria. Par pratique ou pour n’importe quelle autre raison, se cantonner sur Kenya est déjà une infinité de possibilité. On peut rester au même endroit et ainsi explorer la région. Observer jusqu’au moindre détail est une façon très intéressante de découvrir les différentes facettes d’un écosystème. Après tout, ce pays est une terre aux couleurs très contrastées, avec une écrasante diversité de paysages et une culture, une faune et une flore qui laisseraient figé les visiteurs, même leltouriste le plus exigeant. Voyager au Kenya est, sans aucun doute, l’une des meilleures expériences qu’un voyageur puisse avoir. Toutefois, avant de faire ce voyage et de s’engager dans un safari photographique, il est pratique de savoir quels endroits visiter. Un choix à faire enefonction de la durée du voyage, de plus au Kenya, il existe de nombreux parcs naturels, certains plus proches que d’autres. Connu pour sa richesse sauvage, cette région de l’Afrique de l’est permet de faire un tour dans plusieurs de ses parcs naturels. Par conséquent, il est également possible de faire plusieurs safaris. Visiter le parc national d’Aberdare est une option. Un bel endroit où l’on peut trouver un nombre infini d’espèces telles que les rhinocéros, les céphalophes rouges ou les antilopes. Avec plus de chance, on peut voir d’autres animaux plus insaisissables et ” timides ” comme l’antilope bongo, le léopard noir ou le cochon de forêt géant. Cependant, il est également vrai qu’au Kenya, il y a trop d’endroits merveilleux, pourquoi en choisir un seul ? En décidant pour un itinéraire comportant plusieurs parcs et zones naturelles, ajouter à la visite le tour du lac Baringo est également interessant. Il s’agit d’un lac d’eau douce situé à 200 km au nord de Naivasha. C’est un immense lac qui abrite moultemsorte d’oiseau et où un grand nombre de grands hippopotames nagent quotidiennement. Le lac Bogoria est parfait pour un thème sur les oiseaux. Apparemment, la faune y est moins active, mais en réalité, elle abrite une grande variété d’oiseaux exotiques. Toujours par rapport à ce sujet, le lac Nakuru se distingue aussi. Connu pour abriter ” le plus fabuleux spectacle d’oiseaux au monde “, il y compte près d’un million de flamants roses et rouges, ainsi que des pélicans et des hérons. On y rencontre aussi des étourneaux et 400 autres espèces.

Un voyage au Kenya bien préparé

Concocter un voyage au Kenya consiste à prendre en compte de nombreux détails, outre la durée et l’itinéraire. Il y a le visa, donc il faut un passeport d’une validité minimale de 6 mois. Quant aux vaccins, ils sont fortement recommandés. Bien qu’on ne soit pas soumis aux vaccinations obligatoires, un certificat contre la fièvre jaune est exigé pour les voyageurs en provenance de lieux présentant un risque de transmission. En outre, bien qu’il n’y ait aucune obligation de se munir d’un certificat, il est recommandé de se faire vacciner contre l’hépatite A et B, la fièvre typhoïde, la polio, le tétanos-diphtérie, ainsi que la maladie méningococcique. Bien sûr, des mesures prophylactiques contre le paludisme sont également recommandées.

Où se loger ?

La question sur l’hébergement doit être au centre des préparatifs si on veut un voyage qui fait de succès. Même une exploration en pleine nature au Kenya ne manque pas d’endroits où se loger. Dans les parcs ou tout près de ceux-ci, il existe de nombreuses possibilités d’hébergement. Du plus simple comme les campings au plus luxe des grands hôtels avec piscine,  Kenya a tout pour plaire. Généralement, on fait le choix par rapport à l’emplacement sans négliger les commodités. Un mauvais choix peut rendre le voyage moins agréable. Mieux vaut par conséquent passer en revue les différentes options et prêter attention aux opinions des autres visiteurs y ont déjà séjourné.

Lire la suite

Visitez Johannesburg en Afrique du Sud

Johannesburg est l’une des villes les plus importantes d’Afrique du Sud. Capitale de la province de Guateng, c’est l’une des villes les plus riches du pays et la quatrième économie d’Afrique subsaharienne. En outre, nous devons également savoir que nous avons affaire à l’une des 40 plus grandes zones métropolitaines du monde, avec une superficie de plus de 1 500 kilomètres carrés.

Il faut noter que la ville elle-même n’est pas la plus touristique de cette région d’Afrique, bien qu’il soit également vrai que l’afflux de touristes est énorme, car c’est un lieu de passage vers des destinations comme Durban, Le Cap ou le parc national Kruger. Malgré cela, Johannesburg a quelques endroits intéressants à voir qui feront de notre séjour, qu’il soit court ou long, une bonne expérience ; et c’est que le gouvernement travaille année après année à la construction de nouveaux lieux touristiques afin d’augmenter encore plus l’arrivée de visiteurs étrangers.

Des visites incontournables à Johannesburg

Vous pouvez visiter, par exemple, le parc à thème de Gold Reef City, un endroit idéal qui vous transportera à l’époque victorienne ; c’est une reconstitution vraiment fidèle de l’époque des pionniers et de la ruée vers l’or. Une ville reconstruite sur une célèbre mine d’or désaffectée et qui a été réhabilitée pour que les touristes puissent la connaître. Il s’agit de la mine Crown Miné Shalft.

Les amateurs de safaris peuvent se rendre au Lion Park, un endroit idéal pour rencontrer des lions et d’autres espèces dans un environnement naturel. Profitez de la vie sauvage sans quitter Johannesburg.

Des activités pour tous les goûts

La place Nelson Mandela est un lieu incontournable pour ceux qui aiment faire du shopping. C’est un grand centre commercial entouré d’hôtels de grande hauteur, de bureaux, de banques et de restaurants. Au centre de cet endroit, vous trouverez une grande statue de Nelson Mandela, entourée de restaurants de fruits de mer, de pizzerias et d’un grand nombre de magasins d’alimentation africains, parmi tant d’autres.

Les musées sont également présents dans cette ville. Ainsi, on peut mettre en avant le musée Hector Pieterson. C’est un musée qui raconte l’histoire d’Hector Pieterson, tué par la police en 1976 lors de la manifestation de Soweto.

On a également le Musée de l’Afrique, l’un des meilleurs musées de l’histoire de ce continent. Il passe en revue les différentes étapes des peuples d’Afrique, de la préhistoire à Nelson Mandela.

Non moins intéressant est le Musée de l’Apartheid, qui raconte l’histoire et l’évolution des différences raciales dans ce pays. L’exclusion raciale et la privation des droits et des libertés qui ont été intensément vécues dans cette partie du monde.

Enfin, vous pouvez visiter la maison de Mandela, l’endroit où il a vécu de 1946 à 1962. Un endroit idéal pour observer les souvenirs de la vie de Nelson Mandela avant qu’il n’aille en prison.

Où séjourner dans la ville de Johannesburg ?

En ce qui concerne le logement, la vérité est qu’ici à Johannesburg, on trouve une série d’hôtels très intéressants. L’hôtel Ten Bompas est un établissement cinq étoiles situé à proximité des centres résidentiels et commerciaux de Sandton et Rosebank. Situé à quelques minutes seulement de Hyde Park, c’est un hôtel luxueux qui propose de belles chambres avec cheminée, des chambres avec lit double et des installations communes modernes comprenant un bain de vapeur, une piscine extérieure et un solarium.

Une autre option est l’hôtel African Pride Melrose Arch. Il s’agit d’un hôtel urbain cinq étoiles au design moderne et non conventionnel. Son intérieur élégant vous fera tomber amoureux d’une belle décoration africaine.

Il compte 117 chambres, toutes équipées de l’air conditionné, d’un accès Internet, d’un lit king size, d’un minibar, d’un sèche-cheveux et d’une radio, entre autres. L’hôtel dispose également d’un bar, d’une cafétéria, d’une piscine, d’un garage, d’un service de massage et d’un mini-club, entre autres.

Enfin, on peut souligner également l’hôtel 54 de Bath, un établissement cinq étoiles situé dans le quartier culturel de Rosebank.

Cet hôtel dispose de chambres luxueuses avec climatisation, salle de bains complète, moquette, mini-frigo, salon et télévision, entre autres. L’hôtel dispose également d’un parking, d’une salle à manger, d’un garage, d’un gymnase, de restaurants, d’une piscine chauffée et d’une salle de conférence, entre autres.

Lire la suite

Les bonnes raisons de visiter la Tunisie

La Tunisie est un pays de contrastes, de culture riche et d’habitants hospitaliers ; un port stratégique de la Méditerranée qui, depuis l’Antiquité, attire sur ses rives pirates et conquérants. Phéniciens, Romains, Berbères, Ottomans, Français et Arabes ont été les protagonistes de la vaste histoire de cette nation du Maghreb. Proche de l’Europe, la Tunisie ouvre les portes du continent africain avec une identité bien définie, avec une vision d’avenir vers le développement, la démocratie et le respect de la diversité culturelle. La Tunisie est un pays qui possède de nombreuses pépites. Aussi bien en termes de paysages que de monuments et cultures. L’ancien bastion de Carthage est aujourd’hui l’une des destinations touristiques les plus attrayantes de la région grâce, en grande partie, à ses températures agréables, ses journées ensoleillées, ses paysages de rêve et sa convivialité partout.

L’accueil et la générosité des tunisiens

En Tunisie, vous serez toujours accueilli les bras ouverts et avec le sourire. Les tunisiens sont faciles d’accès et aiment discuter et partager leur culture. C’est un pays vraiment très convivial et c’est avant tout cela qui donne tout son sens au voyage.

Un bon bronzage ne serait pas mauvais

La côte tunisienne attire des millions de personnes pendant la période estivale. Le pays dispose d’une excellente infrastructure hôtelière et de nombreuses possibilités d’hébergement en location. Les plages de Hammamet, Sousse, Monastir, Mahdia ou la séduisante île de Djerba sont un bon choix pour ceux qui recherchent des vacances relaxantes au bord de la mer. Mais tout n’est pas calme, sur la côte tunisienne, on s’amuse beaucoup. On peut faire de l’équitation, monter à bord de bateaux pirates, faire de la plongée sous-marine ou d’autres sports nautiques. Vous pouvez jouer au golf, aller dans une discothèque ou faire une promenade en calèche sur la plage de Boujaafar de Sousse. En bref, toutes les plages de la Tunisie, avec leur couleur turquoise unique, sont des visites obligatoires.

La vie urbaine

Depuis plusieurs siècles, les souks jouent un rôle clé dans l’économie du monde arabe. Ce sont des labyrinthes où l’on peut trouver pratiquement tout, et à des prix raisonnables qui peuvent toujours être négociés, car le marchandage fait partie de cette culture. Les marchés sont des centres d’échanges et de rencontres, qui entre bazars et sons d’agréables mélodies orientales, vous invitent à connaître le cœur de chaque ville tunisienne et plage tunisienne. L’étranger peut entrer sans hésitation dans les rues bondées de marchands et d’odeurs exotiques, qui rappellent les contes des “Mille et une nuits” parmi les céramiques colorées, les artisanats de toutes sortes et de haute qualité, les tissus uniques, les vêtements traditionnels et les vendeurs de thé. Le pays compte de nombreuses villes intéressantes. La capitale, Tunis, est un centre cosmopolite où le passé et la modernité se mêlent, le visiteur peut se promener dans la médina et ses marchés en jouissant d’une vie sociale active, en dégustant les saveurs de la cuisine locale ou en admirant la variété des styles architecturaux. Le musée du Bardo, les ruines de Cartago et Útica, ou le beau village de Sidi Bou Said, les mosquées et cathédrales, les galeries d’art, les théâtres, les cinémas et les écoles de danse traditionnelle, font partie intégrante de la vie des habitants de la capitale. De même, Kairouan, le berceau de l’Islam en Afrique, est une ville merveilleuse qui a grandi autour de l’une des mosquées les plus sacrées de cette religion. La ville est célèbre pour ses sucreries typiques, ses beaux tapis et l’accueil chaleureux des habitants. Et en parlant de confessions, le voyage Tunisie possède l’un des plus anciens centres de pèlerinage juif au monde, la synagogue Ghriba, qui est visitée par des milliers de Juifs et de touristes chaque année.

Entre palmiers dattiers et oasis paradisiaque

Le Sahara tunisien est spectaculaire. Lorsque le visiteur s’approche des villes du sud, il commence à admirer un contraste intéressant. Une balade à dos de dromadaire ou en 4×4, un rêve sous les étoiles ou l’adrénaline du rallye, le désert a tout à conquérir. Des curieuses maisons berbères sur les rochers aux scénarios de films célèbres tels que Guerres des étoiles ou le patient anglais, les zones arides de Tunisie produisent une fascination. Le charme des dunes va plus loin, vous obligeant à profiter des oasis vierges et à goûter aux meilleures dattes du monde. Le professionnalisme des agences en charge de ce type de tourisme garantit la sécurité et des expériences inoubliables. La Tunisie, étant un petit pays avec beaucoup à découvrir, c’est le prétexte idéal pour une évasion. Son climat est agréable, ses habitants sont chaleureux et la tradition culinaire est divine. C’est un pays sûr, il n’y a pas de risques sanitaires et il est tout simplement magnifique de vivre pleinement.

Lire la suite

Conseils de voyage pour l’Ouganda

L’Ouganda ou la perle d’Afrique, est un pays connu dans le monde entier comme le foyer des gorilles de montagne. L’IITA vous a déjà parlé de ce qu’il faut voir en Ouganda, vous savez donc que ce pays offre bien plus que la simple possibilité de voir ces animaux incroyables. Aujourd’hui, quelques conseils sont disponibles pour améliorer votre voyage en Ouganda.

 Que faire avant de se rendre en Ouganda ?

La principale raison des voyages en Ouganda est souvent le désir de voir des gorilles de montagne à l’état sauvage. Mais, pour faire le trekking là où ils sont observés, il est nécessaire d’avoir un permis or le nombre de ceci est très limité. Il y a 15 familles de gorilles habitués à l’homme et pour chacune d’entre elles il y a 8 permis disponibles par jour. En d’autres termes, seules 120 personnes peuvent faire le voyage pour voir les gorilles en Ouganda chaque jour. Il est donc conseillé de réserver le permis de chasse au gorille longtemps à l’avance, au minimum 3 mois si vous disposez d’une certaine souplesse dans les dates et environ 6 mois si vous avez l’intention de choisir une date précise. Pour obtenir les permis, vous pouvez vous adresser à une agence de voyage ou à l’organisme qui la gère, l’UWA (Uganda Wildlife Authority). Dans le cas d’un trekking pour voir des chimpanzés, il n’est pas nécessaire de faire la réservation si longtemps à l’avance, car il n’y a pas tant de demande et il y a plusieurs endroits où on peut les voir. Cependant, le parc national de la forêt de Kibale, la zone où la densité de chimpanzés est la plus élevée du pays avec près de 1 500 individus, est l’un des endroits les plus visités en Ouganda. Il est donc conseillé de faire la réservation de la randonnée pour voir les chimpanzés quelques mois à l’avance. Dans la forêt de Budongo, vous pouvez obtenir un permis à court terme. C’est un endroit moins fréquenté par la plupart des touristes, et la population de chimpanzés est également moins importante. Si vous avez décidé de voyager et de voir des gorilles et des chimpanzés, le meilleur est d’obtenir les permis nécessaires pour voir ces animaux dès que possible. De nombreuses personnes n’ont pas pu voir les gorilles car elles n’ont pas obtenu de permis pour les dates de leur voyage.

Un visa est-il nécessaire pour se rendre en Ouganda?

Avant toute chose, veuillez noter que vous devez être en possession d’un passeport valide d’une durée minimale de 6 mois. Outre cette exigence, il est également nécessaire d’obtenir un visa. Il peut être obtenu à l’aéroport ou aux principales frontières terrestres. Mais le moyen le plus simple est de l’obtenir en ligne. Pour ce faire, le gouvernement ougandais a mis au point un système de visa électronique permettant de demander un visa par le biais d’un site web. Il s’agit d’un processus simple qui a le même coût que s’il était effectué en personne, soit 50 dollars américains. Ainsi, traitez le visa électronique à l’avance pour que la procédure soit déjà faite à l’arrivée dans le pays.

Santé en Ouganda et vaccinations obligatoires.

Avant de parler de la santé du pays, il faut tenir compte du fait qu’il est obligatoire d’avoir un certificat de vaccination contre la fièvre jaune pour entrer dans le pays. Pour obtenir le vaccin et le certificat de vaccination, vous devez vous rendre au Centre international de vaccination le plus proche de chez vous. En plus de ce vaccin, le ministère des affaires étrangères recommande, dans ses conseils pour les voyages en Ouganda, d’être vacciné contre la fièvre typhoïde, l’hépatite A et B, le tétanos-diphtérie, la polio et le choléra, et de prendre des mesures prophylactiques contre la malaria. Toutefois, lorsque vous vous rendrez au centre de vaccination, vous serez informé de tout cela et vous recevrez les vaccins nécessaires. Il est recommandé de prendre rendez-vous quelques mois à l’avance, car certaines vaccinations doivent être effectuées bien avant le début du voyage. Et en été, le service est un peu surchargé. Dans le domaine de la santé, Kampala, la capitale du pays, dispose de bons hôpitaux et de médecins de qualité. Mais le coût de ces services de santé peut être très élevé. En outre, il faut tenir compte du fait qu’en raison des mauvaises communications du pays, il peut être nécessaire de voyager en ambulance aérienne. Il est donc très important de souscrire une bonne assurance qui soit très bien couverte.

Quand voyager en Ouganda?

Le climat en Ouganda est divisé en deux saisons humides de mars à mai et de septembre à novembre, et deux saisons sèches de décembre à février et de juin à août. Pour visiter le pays, afin de mieux profiter des safaris et des treks avec les gorilles et les chimpanzés, il est préférable de choisir l’une des deux saisons sèches. Plus précisément celle de juin à août où il pleut habituellement moins. Cependant si vous voyagez au cours des mois d’avril, mai ou novembre, l’UWA (Uganda Wildlife Authority) offre des réductions allant jusqu’à 25n pour les permis d’observation des gorilles. Compte tenu du fait que ces permis ont un coût normal de 600 USD, ils tomberaient à 450 USD au cours des mois mentionnés.

Transport en Ouganda: comment se déplacer?

Les routes en Ouganda ne sont généralement pas en très bon état, surtout celles situées plus à l’ouest du pays. Par conséquent, si vous choisissez de louer une voiture, il est presque indispensable de prendre un 4×4. Néanmoins, le plus recommandable, est de louer une voiture avec chauffeur ou de faire un circuit complet avec une agence spécialisée. Dans le pays, d’autres moyens de transport sont très populaires, comme le mariage (mototaxis) et le matatus (fourgonnettes). Toutefois, ils ne sont pas fortement recommandés, car ils ont tendance à conduire de manière très imprudente, avec peu de mesures de sécurité.

L’argent en Ouganda.

La monnaie ougandaise est le shilling ougandais (UGX). Le taux de change approximatif est de 1 euro = 4 000 UGX, ou 10 000 UGX = 2,5 euros. Il est donc relativement simple de faire le changement mentalement. Néanmoins, il est toujours conseillé de vérifier la valeur de la monnaie avant de faire un voyage. La meilleure façon d’obtenir des shillings ougandais est de se rendre aux distributeurs automatiques. Mais vérifiez d’abord les conditions de votre carte, afin de ne pas être effrayé par les commissions. Pour ces cas, il est conseillé d’utiliser des cartes qui n’appliquent pas de commissions sur le change. En outre, vous devez garder à l’esprit que le montant maximum que vous pouvez retirer à un distributeur automatique est de 1 000 000 de shillings. Dans les principales villes du circuit touristique, vous trouverez des distributeurs automatiques de billets. Il est cependant difficile de trouver des bureaux de change en dehors des grandes villes comme Entebbe ou Kampala ou à l’aéroport même. En revanche, il est possible de payer par carte dans la plupart des hôtels touristiques. Toutefois, dans la plupart des magasins et dans certains hôtels, vous devrez payer en liquide. Par conséquent, vous devez toujours avoir de l’argent liquide sur vous.

Internet en Ouganda.

Il existe plusieurs compagnies de téléphone en Ouganda, les principales étant MTN, Airtel et Africell. De tous, c’est MTN qui a le plus de clients et qui offre également une bonne couverture. Cependant, Airtel réalise de gros investissements et parvient à avoir une couverture dans les zones où les autres compagnies ne l’ont pas.. Il convient de noter que dans certaines régions du pays, il n’y a pas de couverture du tout et que dans de nombreux autres endroits, la couverture est très faible et la vitesse très lente. En fait, il existe un certain nombre d’hôtels qui ne disposent pas d’une connexion Internet. Et beaucoup d’autres n’en ont qu’une dans les zones communes ou même seulement en certains points des locaux.

Lire la suite

Le désert du Sahara dans la région de l’Ennedi au Tchad

QUE VOIR À CIAD?

Le Tchad est situé au cœur de l’Afrique du Nord, loin de toutes les mers et occupé en grande partie par le désert du Sahara et le Sahel. Peu connu de la communauté des voyageurs, le Tchad offre de splendides opportunités de visiter certaines des régions paysagères les plus extraordinaires de tout le Sahara, un paradis pour les géologues et archéologues, où les opportunités ne manquent pas pour s’immerger dans la vie quotidienne des Tubu, des gens qui ont appris à vivre en parfaite harmonie avec l’environnement inhospitalier. Même le Sahel, la ceinture géo-climatique qui sépare le Sahara de la savane, offre d’excellentes opportunités pour mieux entrer en contact avec le peuple tchadien, ainsi que pour repérer la faune locale typique, tandis que les régions les plus méridionales vous permettent de tenter l’expérience de de vrais safaris parmi les grands mammifères africains ou pour plonger dans des rallyes et festivalsde bergers nomades. Mais voyons plus en détail quelles sont les principales attractions touristiques au Tchad et les raisons d’y aller:

  • ennedi. L’Ennedì est une région qui occupe le quadrant nord-est du Tchad et qui abrite le massif montagneux du même nom, riche en beautés paysagères assez uniques au Sahara. Des formations taxiliennes (rochers de grès très érodés et bizarres), des arches en pierre naturelle, des pinacles rocheux, des dunes de sable, des canyons, des oasis et des lacs entourés de palmiers, composent cette région du Sahara beaucoup plus vivante que le reste du désert, grâce à une pluviométrie légèrement supérieure à la moyenne. On retrouve donc des acacias luxuriants et autres plantes xérophytes qui se détachent sur le sable et le grès orangé, tandis que les bergers nomades et semi-nomades apparaissent occasionnellement au horizon avec leurs troupeaux de chèvres ou avec leurs troupeaux de dromadaires qui forment des rangées d’animaux de plusieurs centaines de mètres de long. Le passé plus humide et encore plus riche du Sahara est attesté par de nombreux graffitis et peintures rupestres, vieux de milliers d’années, qui ornent les plafonds et les murs de nombreuses grottes autrefois habitées, tandis que le sol présente souvent de curieux fossiles et découvertes archéologiques du paléolithique, comme des flèches et divers outils.
  • Les montagnes du Tibesti . Le Tibesti occupe les régions du nord-ouest du Tchad et est un véritable mythe parmi les amateurs de désert, où se trouvent les plus hautes montagnes de tout le Sahara et où le paysage à prédominance rocheuse transforme la dureté d’un désert dur en un beauté suprême. Avec ses 3445 mètres d’altitude, Emi Koussi offre un paysage volcanique riche en singularités géologiques, qui incluent des gisements de natron sur le fond de grandes caldeiras, tandis que plus en aval, dans la région du Borkou, vous pourrez apprécier les formations taxiliennes les plus classiques. et les chaînes de dunes de sable typiques de l’imaginaire collectif lorsqu’on pense à un désert.
  • Borkou . Une région saharienne peu connue du nord du Tchad est celle du Borkou, particulièrement intéressante pour son aspect archéologique car riche en graffitis et peintures rupestres, mais aussi belle sous l’aspect paysager, avec les formations taxiliennes classiques et les cordes de dunes.
  • Le Sahel. Le Sahel est une ceinture géo-climatique de quelques centaines de kilomètres de large, qui sépare la savane du désert et qui constitue une lente transition entre les deux milieux en termes de géologie, de paysage et de végétation. Bien qu’il existe certains aéroports dans le désert du Sahara qui vous permettraient d’arriver par des vols réguliers, ceux-ci ne sont utilisés que par quelques vols privés, par conséquent, la plupart des voyages au Tchad commenceront et se termineront dans la capitale N’Djamena, loin d’Ennedì. , du Tibesti et des autres régions sahariennes. Cependant, la traversée en voiture du Sahel ne doit pas être vue comme un simple “transfert”, mais comme une opportunité intéressante pour en savoir plus sur la vie tchadienne, entre villages ruraux caractéristiques et paysages qui varient entre des plaines infinies, lits de rivières asséchés et petites chaînes de montagnes granitiques. Au retour, un chemin différent est généralement suivi, donnant l’opportunité d’explorer des environnements encore différents.
  • Parc Zakouma . Les zones modérément plus pluvieuses du sud-est du Tchad abritent l’une des plus grandes zones protégées de toute l’Afrique, où vous pourrez observer les animaux typiques de la savane tels que les lions, les gnous, les buffles, les léopards, les guépards, les girafes et les éléphants, ainsi que une avifaune très riche.
  • Le festival Wodaabe . Les festivals Wodaabe se déroulent généralement au Sahel après la saison des pluies et sont particulièrement intéressants si vous souhaitez voyager au Tchad en raison de l’aspect culturel ethnique. Lors des cérémonies, les hommes décorent leur visage et leur corps de manière extrême et voyante, avant de danser pour espérer impressionner et entamer une relation amoureuse.

COMMENT SE RENDRE À CIAD?

A la date de ce rapport, le seul aéroport tchadien où arrivent des vols réguliers réguliers est N’Djamena. L ‘ Air France propose des liaisons par semaine entre Paris et N’Djaména , coïncidant avec des vols depuis les principales villes italiennes. Alternativement, il est possible d’atteindre N’Djamena via Addis Abeba avec Ethiopian , ou depuis les autres grands hubs d’Afrique du Nord avec les compagnies aériennes concernées. Généralement, le forfait voyage pour le Tchad comprend également le vol avec les meilleures solutions du moment en fonction de la ville de départ, et il n’y a donc pas lieu de s’inquiéter de la façon de rejoindre le pays. Se rendre au Tchad depuis un pays voisin en traversant la frontière en voiture n’est pas une option actuellement recommandée aux touristes.

COMMENT SE DÉPLACER AU TCHAD?

Les principales attractions touristiques du Tchad sont situées loin de la capitale N’Djamena et, bien qu’il existe des aéroports dans les régions les plus reculées, ceux-ci ne sont desservis que par des vols privés coûteux. En attendant que certaines compagnies aériennes proposent des vols réguliers qui vous permettent de vous rapprocher le plus possible du désert, le seul moyen d’atteindre les régions sahariennes est de faire un long trajet de N’Djamena à travers le Sahel (un voyage qui, cependant, comme nous l’avons dit, il ne faut pas le voir uniquement comme un “transfert”, mais comme une opportunité d’explorer des environnements toujours très intéressants). Cependant, il faut savoir que tout déplacement en dehors de la capitale N’Djamena doit être autorisé par la police et que l’aspect logistique, pour les distances impliquées et pour la dureté du environnement, il est particulièrement complexe. Par conséquent,Le Tchad n’est pas adapté aux déplacements individuels , mais il est indispensable de contacter un opérateur accrédité et qualifié qui dispose d’équipements et de véhicules redondants (vous devez y aller avec au moins 2 voitures même si le groupe est composé d’une seule personne), sans oublier puis l’aspect bureaucratique et les autorisations nécessaires. Le seul voyagiste capable d’organiser des voyages au Tchad en toute sécurité et dans le respect de toutes les lois locales, est Spazi d’Avventura , une agence avec des décennies d’expérience qui propose de nombreux itinéraires pour les départs de groupes, mais aussi une prise en charge complète d’itinéraires personnalisés en termes de des dates, des arrêts, du nombre de voyageurs et du «thème» du circuit en fonction de vos intérêts.

EST-CE SÉCURITAIRE D’ALLER AU TCHAD?

Comme déjà mentionné, le tourisme individuel au Tchad n’est pas recommandé, en raison de la rudesse de l’environnement et de l’éloignement de la civilisation des lieux à vocation touristique. Cependant, faire le voyage avec un professionnel qui s’occupe de tous les aspects logistiques et bureaucratiques, tels que les espaces d’aventure , voyager au Tchad est parfaitement sûr et ne pose pas de problème particulier au visiteur.

QUELLE EST LA MEILLEURE PÉRIODE POUR ALLER À LA CIAD?

La meilleure saison pour aller au Tchad est de la mi-automne au début du printemps , lorsque les précipitations (déjà faibles en soi) sont pratiquement réduites à zéro et lorsque les températures ne sont pas extrêmes. Les mois de novembre et février sont particulièrement parfaits, car les nuits ne sont pas trop froides, tandis que la température diurne permet d’être à l’extérieur et de faire de longues promenades sans subir trop de chaleur. Les mois de décembre et janvier, très appréciés de ceux qui doivent forcément prendre les vacances pendant les vacances, ils sont aussi excellents pour voyager au Tchad, gardez juste à l’esprit que les nuits peuvent être plus fraîches (ou parfois froides), mais avec un bon sac de couchage le problème il n’existe pas (par sécurité il est cependant bon d’emporter un bon sac de couchage même dans les mois les plus favorables … on ne sait jamais!) A partir d’avril les températures diurnes montent beaucoup, rendant les promenades moins confortables, tandis que les pluies dans certaines régions pourraient provoquer l’inondation de certains lits de rivières, même au Sahara, rendant les pentes impraticables. Les tempêtes de poussière et de sable ne sont pas des événements particulièrement fréquents, mais elles peuvent toujours se produire (et le voyageur positif les verra comme une nouvelle expérience intéressante).

AUTRES INFORMATIONS ET CONSEILS DE VOYAGE AU TCHAD

  • Quelles conditions sont nécessaires pour entrer au Tchad? Le passeport, le visa et le certificat international de vaccination contre la fièvre jaune sont obligatoires. En Italie, il n’y a pas de consulat du Tchad, mais l’ambassade la plus proche est celle de Paris. L’organisateur peut prendre en charge tous les documents, il suffit de remettre le passeport et la documentation requise.
  • Où dormez-vous lors d’un voyage au Tchad? En dehors de la capitale N’Djamena, il n’y a pas d’installations d’accueil pour les touristes, les nuitées se déroulent donc dans des tentes igloo confortables, faciles à monter et à démonter, fournies par l’organisation avec un matelas. Il est nécessaire d’apporter un sac de couchage avec une température de confort minimum, par précaution, entre zéro et -5 degrés (mieux vaut ouvrir le zip s’il fait chaud, plutôt que froid), alors que ceux qui se dirigent vers les hautes altitudes sur le Tibesti, auront besoin de matériel plus technique.
  • comment le mangez-vous? Pendant le voyage au Tchad, les repas sont préparés par le personnel local et un cuisinier qui suit le groupe tout au long de la visite. Une partie des «matières premières» est expédiée par l’organisation depuis l’Italie, tandis que d’autres sont achetées localement sur les marchés lorsque cela est possible. Les aliments sont choisis pour assurer le bon apport calorique et minéral, alors que grâce à «l’école italienne», ils seront particulièrement savoureux et il semblera incroyable de bien manger au milieu de nulle part.
  • Comment se laver dans le désert? Pour des raisons évidentes, il peut être lavé à l’eau avec parcimonie: celui-ci est livré quotidiennement dans un bol de quelques litres et pour faciliter les opérations de lavage, il peut être décanté dans un flacon pour pouvoir être versé en le dosant. avec simplicité. Parfois, il est possible de prendre un bain complet dans les oasis d’eau douce (il n’y a pas de risque de bilharziose ou d’autres maladies parasitaires). Il est conseillé d’apporter une quantité suffisante de lingettes humides, à éliminer correctement une fois utilisées.
  • Où jeter les ordures? Dans le désert, vous ne devez rien laisser, par conséquent, les mouchoirs, le papier hygiénique, les lingettes humides, les emballages de collations ou de bonbons, les bouteilles en plastique et toute autre chose doivent être jetés correctement. Si nécessaire, je recommande d’apporter des petits sacs (par exemple ceux pour la nourriture) qui peuvent être remplis de déchets et donc scellés avant d’être mis de côté.
  • Comment s’habiller au Tchad?Compte tenu de l’impossibilité de laver le linge en voyage (sauf quelques rares occasions dans les oasis), il est conseillé d’utiliser des vêtements hautement respirants. Personnellement je préfère une laine très légère au coton ou au synthétique car, dans un environnement aussi sec, elle reste plus fraîche permettant à la sueur de s’évaporer efficacement. Pour une forte insolation, il est bon d’utiliser des vêtements longs en laissant le moins de peau possible à découvert (cela peut paraître étrange, mais totalement couvert, il fait moins chaud, grâce à l’air très sec). Un bon chapeau est indispensable, à la fois pour le soleil et pour les températures fraîches du soir et de la nuit, tandis qu’un pull ou une polaire peut toujours être utile (avec éventuellement un coupe-vent), en particulier pendant les mois les plus froids ou dans les collines. Pour vous protéger de la poussière, vous pouvez utiliser un bandana, tandis que les chaussures doivent être robustes, confortables et adaptées aux terrains accidentés (une paire de sandales pour le soir ou pour les longs trajets en voiture est utile). Pour les voyages au Tibesti en haute altitude, des vêtements plus techniques doivent être évalués plus attentivement.
  • Un tour au Tchad est-il un voyage adapté à tout le monde? Grâce à l’excellente organisation des Adventure Spaces, voyager au Tchad est particulièrement confortable et relaxant. Cependant, il faut considérer qu’il s’agit toujours d’un voyage en contact étroit avec la nature bien loin des hôtels, par conséquent, le circuit convient à ceux qui ont au moins un minimum d’esprit d’adaptation et sont habitués à ce type de vacances. Si vous avez le moindre doute, mais que vous le surmontez, vous constaterez que dormir dans une tente au milieu de nulle part, parmi des paysages à couper le souffle, est quelque chose d’exceptionnel.
  • Comment sont les prises de courant au Tchad? Les prises de courant au Tchad sont comme celles françaises et donc aucun adaptateur n’est nécessaire. En général, l’électricité n’est disponible à N’Djamena que le premier et le dernier jour du voyage.
  • Comment recharger les batteries quand on est loin de la civilisation? Pour recharger les batteries des appareils électroniques que vous emportez en voyage, la prise allume-cigare de la voiture est mise à disposition. À votre discrétion, vous devez apporter un petit onduleur, ou un bon adaptateur allume-cigare avec sortie USB ou avec un connecteur adapté au chargeur que vous comptez utiliser. Cependant, il est bon d’apporter des batteries de rechange, déjà chargées, car la prise allume-cigare doit être partagée avec toutes les personnes du groupe et ne peut être utilisée qu’avec les voitures en mouvement.
  • Le smartphone fonctionne-t-il au Tchad? Tout d’abord, vous devez vous renseigner si votre opérateur téléphonique a des accords d’itinérance avec le Tchad et être conscient que les coûts des appels (y compris la réception) et d’Internet peuvent être très élevés. La couverture de téléphonie mobile au Tchad est en constante augmentation et est disponible même dans certaines parties de l’Ennedium. Cependant, si vous avez besoin d’une garantie sur les communications depuis n’importe quel point de l’itinéraire, vous avez besoin d’un téléphone satellite (l’organisation en porte toujours un, mais il n’est utilisé que pour gérer les urgences).
  • La prophylaxie antipaludique est-elle appropriée au Tchad?Des moustiques capables de transmettre le paludisme sont présents au Tchad, même en abondance, du centre du Sahel au sud (y compris N’Djamena, bien sûr) et cette maladie est un réel problème. Dans le désert du Sahara, en revanche, incluant donc l’Ennedi et d’autres régions, les moustiques sont parfois présents, mais ne sont pas porteurs du paludisme. L’opportunité ou non de faire une prophylaxie antipaludique dépend donc de la saison du voyage (pendant la saison sèche il y a moins de moustiques également dans le sud) et de l’itinéraire. Pour un circuit classique à Ennedì ou au Tibesti, étant donné que, de plus, cela se fait presque toujours en saison sèche, vous pouvez envisager de bien vous protéger pendant le court transit entre N’Djamena et le centre du Sahel, en utilisant des vêtements longs et répulsifs à forte teneur en DEET (minimum 25%), même pendant la journée et immédiatement (dès que vous descendez de l’avion et dans la chambre d’hôtel), évitant ainsi la prophylaxie antipaludique qui ne garantit en aucun cas une protection à 100% % et ne couvre pas les autres maladies transmises par les moustiques. Pour les autres itinéraires hors du Sahara et pour la saison des pluies, la situation doit être évaluée de temps en temps.
  • Y a-t-il des règles ou des précautions à prendre lors de la photographie au Tchad? Au Tchad, il est interdit de photographier les bâtiments militaires, les postes de police, les barrages routiers, les bâtiments administratifs, les écoles, les casernes et les personnes en uniforme. Lorsque vous voulez photographier quelqu’un, vous devez toujours demander la permission, peut-être en vous saluant et en vous présentant d’abord, en évitant strictement de viser l’objectif et de prendre des photos. Dans les centres habités, il est bon d’éviter de photographier, même si des sujets spécifiques ne sont pas cadrés, car il n’est pas possible de savoir si l’un des objectifs sensibles énumérés ci-dessus tombe négligemment dans le cadre. Dans tous les cas, l’éducation, la courtoisie et le respect doivent toujours être utilisés, la photographie n’étant pas un droit acquis a priori.
  • Quelle monnaie utilisent-ils au Tchad? La monnaie officielle du Tchad est le franc CFA, utilisé dans plusieurs pays d’Afrique occidentale et centrale. Au moment du changement (qui peut se faire à N’Djamena à l’hôtel) il est conseillé de demander des petits billets, pour tout achat sur les marchés et les vendeurs ambulants.
  • Quelle langue est parlée au Tchad? Les langues officielles du Tchad sont le français et l’arabe, mais des dizaines de langues tribales parlées par divers groupes ethniques sont connues.

Lire la suite

Que voir à Ispahan ?

Ispahan, également appelée Ispahan, est l’une des plus belles et des plus riches de l’histoire du Moyen-Orient: c’est le lieu idéal pour apprécier l’art et l’architecture islamiques et persans, parmi d’anciens palais et de nombreuses mosquées datant de différentes époques.

ISFAHAN: LA VILLE DE L’ART ET DE L’ARCHITECTURE ISLAMIQUES

Si vous prévoyez un voyage en Iran, Ispahan ne doit pas manquer de votre itinéraire. La ville a une histoire millénaire, imprimée dans ses mosquées et ses palais, où les architectes islamiques et persans ont donné libre cours à tout leur flair artistique et où vous pouvez respirer l’air des civilisations anciennes aux riches traditions.

Choses à ne pas manquer à Ispahan:

  • Place Naqsh-e Jahan – la place principale d’Ispahan est l’une des plus grandes et des plus anciennes du monde et dominée par les mosquées, les bâtiments historiques et de nombreuses boutiques d’artisanat local.
  • Palais Ali Qapu – datant du XVIIe siècle, le palais Ali Qapu a été utilisé par les Shahs de Perse et possède des salles avec de précieuses fresques bien conservées.
  • Mosquée Sheikh Lotfollah – petite et sans cour caractéristique, cette mosquée vous fascinera par les décorations obtenues avec des millions de carreaux colorés, là où les architectes ont donné le meilleur d’eux-mêmes.
  • Mosquée Imam – considérée comme la principale mosquée d’Ispahan, cette grande structure avec une grande cour et 4 iwans, a des décorations élaborées obtenues avec des mosaïques de carreaux colorés ainsi que diverses curiosités.
  • Grand Bazar d’Ispahan – l’un des plus grands marchés couverts du Moyen-Orient, où des milliers de boutiques et de petites entreprises artisanales accueillent les clients dans un labyrinthe chaotique de ruelles.
  • Chehel Sotoun Palace – un magnifique palais historique d’origine perse, entouré de piscines et de jardins, décoré de splendides peintures illustrant les chapitres les plus saillants de l’histoire de cette région.
  • Mosquée du vendredi – structure d’origine ancienne, où les bâtiments plus anciens ont un millénaire. Enrichie et modifiée au fil des siècles par divers architectes, la mosquée du vendredi présente un mélange intéressant de styles variés.
  • Cathédrale et musée de Vank – le quartier arménien d’Ispahan abrite une communauté populeuse, ainsi qu’une cathédrale avec un musée attenant, qui abrite des peintures inestimables et des objets historiques.
  • Les anciennes tours à pigeons – importantes pour la production de guano (engrais) et pour le transport du courrier, les pigeons étaient hébergés par milliers dans de grandes tours où les oiseaux trouvaient abri et protection.
  • Ponts historiques – certains ponts historiques sur la rivière qui traverse la ville, sont des créations qui racontent des histoires curieuses et sont le lieu idéal pour d’agréables promenades.
  • Mont Sofeh – entouré d’un vaste parc visité par les citoyens d’Ispahan en vacances, la zone au pied du mont Sofeh offre un peu de verdure et de belles vues panoramiques sur toute la ville. Ceux qui ont plus de temps et suffisamment d’énergie peuvent emprunter un chemin qui mène au sommet de la montagne.
  • Le centre historique d’Ispahan – avec des activités commerciales et artisanales infinies, des restaurants traditionnels et des mosquées parmi des dédales de ruelles étroites, une promenade dans le centre historique d’Ispahan est une façon agréable de passer du temps.

Pour une visite complète des principales attractions touristiques d’Ispahan, nous vous recommandons un séjour de 2 jours / 3 nuits. Nous vous suggérons de choisir un hôtel traditionnel dans le centre historique et à proximité de la place centrale Naqsh-e Jahan, d’où vous pourrez rejoindre à pied de nombreuses mosquées, bâtiments historiques et musées. Les attractions les plus éloignées, telles que les ponts historiques, sont accessibles en taxi bon marché ou en voiture si vous avez choisi un forfait de voyage avec un guide local (option recommandée).

Mais maintenant, il est temps de voyager parmi les beautés d’Ispahan, au moins virtuellement, avec les nombreuses photos que nous avons eu l’occasion de prendre lors de notre visite de la ville.

Lire la suite

Voyager à Téhéran : informations utiles

De nombreux circuits en Iran débuteront ou se termineront directement dans la capitale Téhéran: nous profitons donc de cette occasion pour découvrir les différentes attractions que cette ville offre au visiteur, y compris les anciens palais, les musées, les bazars et les belles mosquées.

TEHERAN: QUE VOIR DANS LA CAPITALE DE L’IRAN – TOUTES LES PHOTOS ET LES INFORMATIONS

Téhéran est une vaste métropole qui abrite 12 millions d’habitants et est la capitale administrative et commerciale de l’Iran. Bien que la plupart des quartiers soient nouvellement construits, il existe de nombreuses attractions qui pourront divertir les voyageurs les plus attentifs et les plus curieux, car la plupart des circuits en Iran commenceront et se termineront directement dans cette ville. Lors de la planification d’une visite à Téhéran, vous devez toujours tenir compte du trafic et des grandes distances.Par conséquent, pour visiter au moins les principales attractions, il est bon de prévoir de s’arrêter quelques jours (peut-être, si possible, une journée au début des vacances et une journée à la fin). Pour vous déplacer à Téhéran, vous pouvez utiliser des taxis, des taxis partagés très bon marché, le métro qui a plusieurs lignes, ou vous pouvez utiliser une location avec chauffeur pour toute la journée. Si, en revanche, le circuit à Téhéran fait partie de l’itinéraire d’un forfait touristique en Iran, il appartiendra à votre guide de vous emmener dans la ville.

Principales attractions touristiques à Téhéran:

  • Le Grand Bazar de Téhéran – un marché classique typique des pays du Moyen-Orient qui regorge d’activité, avec des milliers de petites boutiques où vous pouvez tout acheter, du tapis aux fruits en passant par la couverture de téléphone. Les visites doivent être programmées un jour férié.
  • Le Bazar Tajrish – plus petit que le Grand Bazar, est cependant très caractéristique et abrite un grand nombre de magasins d’alimentation vendant des bonbons, des épices et des fruits.
  • Les palais de Niavaran – complexe de bâtiments historiques, résidence des familles royales appartenant aux dynasties les plus récentes et au Shah de Perse. Des meubles d’époque dans un style purement occidental et des collections de peintures précieuses attendent les nombreux touristes qui visitent les nombreuses chambres quotidiennement.
  • Le palais du Golestan – est l’un des bâtiments les plus anciens de Téhéran, résidence de la dynastie Qajar (1794-1925), montrant une intégration intéressante entre l’architecture perse classique et l’architecture européenne, avec des chambres somptueuses décorées par des miroirs sans fin. Une attraction à ne pas manquer lors de votre visite à Téhéran.
  • Les palais et musées du complexe Sa’d Abad – une série de palais et de pavillons datant des monarchies Qajar et Pahlavi, abritent plusieurs musées immergés dans un vaste parc. Le Palazzo Verde avec ses somptueuses salles et le musée d’art avec ses splendides peintures valent certainement le détour.
  • La mosquée Imamzadeh Saleh à Tajrish – c’est l’une des plus belles mosquées de tout Téhéran, décorée de carreaux de céramique multicolores, de miroirs et de grands lustres. Il est recommandé de le visiter le soir ou la nuit pour des effets d’éclairage encore plus surprenants.
  • Marcher dans le centre historique – le centre historique de Téhéran regorge de bâtiments anciens parmi lesquels serpentent des ruelles étroites pleines de petites boutiques et d’activités artisanales.
  • Le pont Tabi’at – est une structure qui se trouve à proximité d’un grand parc visité par de nombreux Iraniens pendant les vacances, les week-ends et les soirées. La zone verte environnante est considérée comme l’un des poumons de Téhéran.
  • La tour Azadi – considérée comme l’un des symboles de Téhéran et la porte d’entrée de la ville, cette structure de 45 mètres de haut commémore le 2500e anniversaire de la fondation de l’empire achéménide par Cyrus le Grand.
  • Musées de Téhéran – en plus des principaux musées déjà mentionnés, Téhéran abrite le musée de la prison de Qasr, le musée d’art contemporain, le musée de l’histoire de l’Iran ancien et de nombreux autres musées à thème.

Mais voyons maintenant quelques photos de Téhéran , au moins des endroits qu’il a été possible de visiter pendant les 2 jours de séjour, dégageant entre les fêtes nationales (avec la fermeture de certains sites) et la circulation.

Lire la suite

Que faire et que voir en Iran ?

O PUIS-JE TROUVER UN TOUR OPÉRATEUR EN IRAN?

Si vous recherchez un voyagiste local en Iran, Alibabatrek peut organiser tout type de voyage en Iran aussi bien pour les groupes que pour ceux qui voyagent individuellement. Des forfaits de voyage sont disponibles en Iran avec des itinéraires prêts à l’emploi qui peuvent être personnalisés en fonction de vos intérêts, en ajoutant ou en modifiant les différentes étapes proposées. Des guides spécialisés sont également fournis, indispensables si pendant le voyage vous souhaitez en savoir plus et en savoir plus sur les attractions que vous visitez.

 

QUE VOIR EN IRAN?

Avec ses nombreuses attractions allant des villes avec une histoire millénaire, aux villages traditionnels, à l’art, à l’architecture persane et islamique, à la beauté naturelle et aux paysages extrêmes, l’Iran est un pays capable de satisfaire une grande variété de voyageurs curieux de découvrir de nouveaux endroits encore peu fréquentés par le tourisme de masse. Voyons plus en détail quelles sont les principales choses à voir en Iran et où elles se trouvent:

  • Art, architecture, traditions et musées . Les anciens palais somptueusement décorés et appartenaient à des familles riches, les curieuses tours qui attrapent le vent, les maisons en pisé (un mélange de boue et de paille), les musées qui détiennent des trouvailles inestimables et les grands bazars qui se développent dans des labyrinthes d’allées: les villes situées le long de l’axe entre Téhéran et Shiraz , en passant par Ispahan et Yazd , sont une destination absolument incontournable et unique au monde pour ceux qui veulent approfondir l’histoire, la culture et les traditions de l’Iran et de l’ancienne Perse.
  • Mosquées et autres lieux de culte . Les architectes qui ont conçu les mosquées iraniennes, qu’elles aient 1000 ans, qu’elles n’aient que deux siècles, se sont livrées à des solutions qui vont étonner et surprendre. Des hologrammes tridimensionnels obtenus avec de minuscules trous dans les dômes, des mosaïques composées de millions de carreaux colorés et de fragments de verre ou de miroirs, issus de l’acoustique particulière locale qui amplifient les voix. De Téhéran à Shiraz en passant par Ispahan et Yazd , on trouve des dizaines de mosquées, sanctuaires et autres lieux de culte à ne pas manquer.
  • Villages de montagne . Les montagnes de Zagros dans l’ouest de l’Iran sont les meilleurs endroits pour visiter les petits villages de montagne avec des maisons construites en adobe, un mélange de paille et d’argile. Ces villages traditionnels isolés, où les coutumes et les dialectes ont disparu du reste de l’Iran, sont fréquentés par des bergers nomades et sont entourés d’un paysage spectaculaire également très intéressant d’un point de vue géologique. Village facilement accessible en montagnes et maisons traditionnelles en pisé rouge, il s’agit d’ Abyaneh et se visite le long d’un petit détour en quittant la route entre la ville d’Ispahan et Kashan, tandis que d’autres villages plus reculés nécessitent un type d’organisation différent.
  • Déserts . L’Iran a plusieurs déserts dans différentes régions du pays, caractérisés par de beaux paysages où se trouvent de grandes dunes, des rochers multicolores aux formes bizarres et de vastes étendues de sel blanc comme neige. Quelques déserts sont facilement accessibles et peuvent même être visités en excursion d’une journée au départ de Kashan (ils conviennent donc même si vous avez choisi un itinéraire culturel parmi les grandes villes): ce sont le désert de Maranjab et le désert de Matinabad . Cependant, si vous souhaitez passer plus de temps dans ces déserts ou visiter d’autres déserts plus éloignés tels que le désert de Lut avec une apparence résolument saharienne, vous devez planifier un circuit spécifique pour ces destinations.
  • Ruines des villes anciennes . Non loin de Shiraz, les ruines de Persépolis avec la nécropole adjacente et Pasargades , sont le lieu idéal pour en savoir plus sur l’empire achéménide et les rois persans, une histoire bien documentée par d’anciennes gravures sur pierre en grande partie déchiffrées, de de beaux bas-reliefs datant d’il y a 2500 ans et de précieuses découvertes archéologiques d’une valeur inestimable.
  • Les grandes chaînes de montagnes . Avec ses 5671 mètres, le mont Damavand devient une destination de plus en plus prisée pour le trekking en haute altitude, puisqu’il ne nécessite pas de techniques d’escalade mais seulement une acclimatation normale à l’air raréfié typique de ces altitudes. L’ Alamkuh en amont (ou Alamkooh) est plutôt le troisième sommet de l’altitude de l’Iran, mais pour escalader ses 4805 mètres, il faut être bien entraîné et, en fonction du chemin que vous choisissez, avoir également un minimum d’expérience avec les techniques d’escalade . Avec une altitude similaire, mais sur des chemins relativement plus faciles, le mont Sabalanc’est une strate-volcan qui abrite un lac (gelé toute l’année sauf en juillet et août) dans son cratère sommital, ainsi que des sources géothermiques en divers points de ses côtés.
  • Les îles du golfe Persique . Au large de la côte sud de l’Iran, dans le golfe Persique, certaines îles iraniennes offrent des paysages uniques en son genre, tels que des forêts de mangroves, des canyons de sel fortement érodés par l’eau et des formes spectaculaires, des roches colorées avec des incursions de fer, de sel et de craie , ravines colorées et abruptes qui se terminent en plomb sur des plages désertes et immaculées. Une courte promenade en bateau depuis un village de pêcheurs traditionnel vous donnera l’occasion de rencontrer de nombreux dauphins nageant parmi les récifs coralliens. Les îles iraniennes du golfe Persique sont une destination incontournable pour ceux qui aiment les paysages marins extrêmes et la nature.

L’itinéraire présenté dans ce rapport traite principalement de l’aspect culturel , artistique et architectural des grandes villes de l’axe de Téhéran à Chiraz et se déroule sur 11 jours. Visiter toutes (ou la plupart) des attractions en Iran demande évidemment beaucoup plus de temps ou de multiples voyages, tant pour les distances à parcourir que pour le temps nécessaire pour profiter pleinement des régions visitées.

COMMENT SE RENDRE EN IRAN?

Les principaux aéroports iraniens sur lesquels opèrent des vols internationaux sont ceux de Téhéran (IKA – Imam Khomeini) et de Shiraz (SZY). Certaines compagnies aériennes telles que Turkish et Qatar offrent la possibilité d’arriver à Téhéran et de partir de Shiraz (ou vice versa) en évitant de revenir au point de départ le dernier jour de la tournée et en évitant ainsi un long voyage en voiture, ou un vol intérieur et les transferts relatifs entre les hôtels et les aéroports.

COMMENT DÉMÉNAGER EN IRAN?

La plupart des circuits de groupe et des voyages individuels réservés par l’agence incluent des voitures ou des minibus conduits par un chauffeur local et c’est probablement le meilleur moyen de se déplacer en Iran , en particulier pour ceux qui ont peu de temps disponible et pour ceux Vous souhaitez en savoir le plus possible sur les attractions que vous visitez (en plus les coûts sont généralement très accessibles même si vous voyagez seul). Le voyagiste iranien proposé en premier peut fournir le moyen de transport avec chauffeur / guide , en communiquant simplement l’itinéraire que vous souhaitez suivre. En Iran, il est encore possible de louer une voiture, il suffit de considérer que la conduite en ville, avec le style de conduite iranien, peut être très stressante et que les itinéraires pour atteindre votre destination sont parfois difficiles à identifier. Alternativement, sur de courtes distances, les taxis peuvent être utilisés (très bon marché, surtout si vous choisissez des taxis partagés) tandis que les grandes villes telles que Téhéran et Ispahan ont un bon réseau de bus et de métro . Pour parcourir de longues distances, des vols internes sont disponibles à des coûts très bas (mais le billet n’est pas toujours disponible via les canaux internationaux normaux), tandis que les grandes villes sont également reliées par les chemins de fer et les bus iraniens.

EST-CE SÉCURITAIRE D’ALLER EN IRAN?

Si vous voulez aller en Iran, mais que vous êtes découragé par le (déformé) que les médias de masse et les institutions occidentales ont créé ce pays, sachez que le peuple iranien est sympathique et accueillant et qu’il n’y a pas de dangers autres que ceux existant dans n’importe quelle ville Italien ou européen . Il est donc recommandé d’utiliser les règles communes de bon sens déjà adoptées lorsque vous êtes dans une ville comme Rome ou Milan, en faisant un peu plus attention lorsque vous traversez la route ou lorsque vous vous déplacez dans la circulation , car le style de conduite des Iraniens est différent de nos normes.

QUELLE EST LA MEILLEURE SAISON POUR ALLER EN IRAN?

Le climat en Iran a des températures extrêmes assez importantes en été comme en hiver, donc le meilleur moment pour se rendre en Iran correspond à la mi-saison, c’est-à-dire à la fin du printemps (entre avril et mai) et au premier automne (entre fin septembre et le début novembre). D’un point de vue climatique, mars serait aussi un bon moment pour visiter l’Iran, mais il faut considérer que pendant la seconde moitié du mois il y a plusieurs jours fériés, pendant lesquels de nombreux Iraniens se déplacent pour visiter les beautés de leur pays, c’est pourquoi les musées, les bâtiments historiques et les mosquées peuvent être surchargés. Visitez l’Iran en étéc’est théoriquement possible, mais il faut être prêt à affronter des températures assez élevées (déconseillé pour les déserts, et en tout cas pas vraiment adapté même pour les villes, car on passe de nombreuses heures à marcher entre musées et monuments). En hiver, cependant, il peut faire très froid car non seulement le climat est continental, mais les villes d’art sont toutes entre 1000 et 2000 mètres d’altitude et il n’est pas rare qu’il neige même. La saison la plus sèche en Iran est l’été, tandis que les précipitations se produisent plus fréquemment entre la fin de l’automne et le début du printemps (dans tous les cas, pendant la saison des pluies, la pluie perturbe rarement les excursions, également parce que vous pouvez toujours vous réfugier dans certains musées).

QUELLES RÈGLES FAUT-IL SUIVRE EN IRAN SUR LES VÊTEMENTS?

Comment s’habiller en Iran et quelles règles suivre sur les vêtements en Iran peuvent être l’une des questions les plus fréquemment posées (voire l’une des choses les plus «inquiétantes») lors de la planification d’un voyage en Iran, en particulier pour les femmes . De nombreuses inquiétudes sont peut-être dues au fait que lorsque vous voyez des images d’Iran à la télévision, vous remarquez souvent des tchadors complètement noirs, mais le code vestimentaire en Iran est beaucoup plus décontracté qu’un Occidental ne peut l’imaginer, même pour les femmes. Cependant, certaines règles doivent être suivies par les hommes et les femmes , voyons ce qu’elles sont:

  • Comment s’habiller en Iran – les femmes : les femmes en Iran doivent porter un voile couvrant leurs cheveux, leurs épaules et leur cou. Il est nécessaire que les vêtements soient «longs» et que les chemises couvrent au moins jusqu’aux coudes. Bien qu’il soit recommandé d’utiliser des vêtements qui ne sont pas trop serrés (également à cause des températures), les pantalons longs comme les jeans sont absolument autorisés. Evidemment, les vêtements peuvent être élégants et aussi très flashy en termes de couleur et il est permis de se maquiller comme on le souhaite. Par temps chaud, les sandales avec ou sans chaussettes sont autorisées. Le tchador ne peut être demandé que lors de la visite de sanctuaires particulièrement importants (et moins touristiques) et dans ce cas, il peut être loué à l’entrée ou acheté dans un bazar voisin.
  • Comment s’habiller en Iran – les hommes : les hommes en Iran doivent porter des pantalons longs, tandis que les chemises peuvent être à manches courtes ou longues. Les pantalons courts ne sont pas autorisés. Quand il fait très chaud, vous pouvez porter des sandales avec ou sans chaussettes. Les cravates ne sont pas utilisées, mais si vous voulez la porter, ce n’est pas un problème.

AUTRES INFORMATIONS ET CONSEILS DE VOYAGE POUR L’IRAN

  • Quelles conditions sont nécessaires pour entrer en Iran? Pour entrer en Iran, il vous faut un passeport d’une validité résiduelle d’au moins 6 mois, un visa d’entrée à obtenir dans une ambassade ou un consulat (bien qu’il soit également possible de l’obtenir à l’arrivée dans les principaux aéroports, beaucoup déconseillent d’utiliser ce type de visa) et une assurance avec des plafonds suffisamment élevés pour couvrir d’éventuelles urgences. La procédure de demande de visa peut être activée via le site Web des visas iraniens approprié .
  • Cela fonctionne le téléphone intelligent en Iran? La plupart des opérateurs mobiles italiens ont des accords d’itinérance avec des entreprises iraniennes et la couverture dans le pays est assez large (sauf pour les régions les plus reculées où il est nécessaire d’avoir un téléphone satellite).
  • Le WiFi est-il disponible en Iran? La plupart des hôtels offrent une connexion Wi-Fi gratuite, avec de bonnes vitesses de connexion. Il est également possible d’obtenir une carte SIM iranienne pour avoir Internet sur votre smartphone à tout moment. Cependant, veuillez noter qu’en raison de l’embargo, tous les sites Web ne fonctionnent pas, mais certains sont bloqués.
  • Quelle monnaie utilisent-ils en Iran? La monnaie officielle de l’Iran est le rial et est sujette à des dévaluations continues, c’est pourquoi un dîner peut coûter des centaines de milliers (voire des millions) de rials, même si cela équivaut à très peu d’euros, car le coût de la vie est nettement inférieur à nos normes. Pour surmonter le nombre de zéros dans les comptes, le Toman a également été inventé, ce qui équivaut à 10 rials. En raison de la volatilité du taux de change et du fait qu’il n’est peut-être pas possible de convertir les rials avancés à la fin du voyage en euros, il est recommandé de changer quelques euros à la fois, étant donné que, je le répète, le coût de la vie en Iran est très bas et manger avec quelques centimes.
  • Les cartes de crédit fonctionnent-elles en Iran? En raison de l’embargo, les cartes de crédit et de débit appartenant aux circuits internationaux ne fonctionnent pas. Il est donc nécessaire d’apporter suffisamment d’euros pour couvrir toutes les dépenses que vous comptez engager en Iran, en les changeant en monnaie locale quelques à la fois.

Lire la suite